Les avis d'une libraire-lectrice

J'ai la prétention de dire que je lis, en moyenne, 4 romans par semaine. A travers ce blog, vous pourrez vérifier si je n'exagère pas car je vais y mettre tout ce que je lis : romans, albums jeunesse, BD,... Dévoré, apprécié ou vite abandonné, chaque livre fera l'objet d'un petit commentaire.

mercredi 29 juillet 2015

Ah ! Ca ira..., D.Lachaud, Actes Sud

Une fois qu'on l'a commencé, on ne s'arrête plus. Vraiment bien ficelé, à la fois romanesque et politique. Suffisamment peu de personnages, chacun bien typé, pour qu'on ne s'y perde pas ; des références ; de l'amour ; de l'espoir ; de l'intelligence ; de la réflexion. Nous sommes en 2037 et le monde n'a (toujours) pas changé !
Le mari de la libraire en dit ceci : "Il existe le « théâtre action ». Avec Ah ça ira, Denis Lachaud a écrit un « roman action ». Personnellement, j’adore cet alliage d’intime et de politique qui a une longue tradition théâtrale et auquel je suis attaché. Denis Lachaud nous interroge sur les modalités de l’agir dans un style romanesque qui permet tant l’introspection que la multiplication des points de vue. Une histoire qui met en écho Révolution française avec des actions révolutionnaires plus récentes : des tentes du canal Saint-Martin jusqu’aux Printemps arabes. Une histoire qui met en évidence les lâchetés cyniques de nos sociétés.
En contre point à l’Histoire qui s’écrit dans un futur proche (2037), l’auteur distille les différentes facettes de l’amour : amitié, amoureux, passion, pardon … Mais toujours raison d’être.
Avec ces personnages, on participe à quelque chose qui permettrait au monde, aux esprits et aux coeurs de bouger, enfin … Ou, à tout le moins, un roman qui nous bouscule. Que du bel heurt."

Viscères, M.Hayder, Presses de la Cité

Il y a 15 ans, deux amoureux ont été retrouvés éviscérés dans une grotte à proximité de la propriété de la famille Anchor-Ferrers. Le meurtrier a avoué et est incarcéré, mais l’histoire se répète et deux individus pénètrent dans la demeure familiale : cela deviendra vite un huis clos terrifiant et mystérieux. Quels sont les mobiles ? On va de découverte en découverte et le suspens monte de plus en plus. Le commissaire Cafferty, soupçonneux, suivra l’affaire de loin puis de plus en plus près. Un très bon thriller un peu gore, à la chute surprenante. Un très bon Hayder !  

samedi 25 juillet 2015

Clouer l'Ouest, S.Chevalier, La Manufacture des Livres

Karl, parce qu'il a de gros problèmes d'argent, retourne dans le village qui l'a vu naître et qu'il avait quitté à l'âge de 18 ans. Il espère y trouver de l'aide. Enfin, peut-être ? Car, on sent le drame qui pointe, dans ce froid, cette neige et avec ce sanglier qui rôde... Une écriture très juste pour un roman réussi !

jeudi 23 juillet 2015

Dans la chambre d'Iselle, F.Dominique, Verdier

L'histoire se passe quelques siècles après notre époque. De grands catastrophes naturelles ont eu lieu. Franck, musicien et Lucy, scientifique, attendent un enfant. Cloné. L'époque est emplie de technologies, les gens ne semblent pas heureux (mais, ça, c'est mon avis), on mange des algues car la terre, tellement abîmée, n'est plus très féconde. Comme les gens, d'ailleurs, qui ne le sont plus du tout.
Un récit d'une date à une autre. Dans lequel on attend, surtout.
Bien écrit et plutôt plaisant mais... je n'en ai pas compris le sens (s'il fallait en trouver un).

mercredi 22 juillet 2015

Les Oeuvres de miséricorde, M.Riboulet, Verdier

Un roman de la rentrée (terminé ou pas), un livre de Mathieu Riboulet,... Mon 4e, donc ! C'est en parlant avec Fabien que je me rends compte à quel point ce n'est pas racontable. La lecture des textes de Mathieu Riboulet, c'est une expérience ! L'écriture avant toute chose ! D'autant plus frappant dans cette alternance de lectures. Le contenu, ensuite : sexe, violence, amour, Histoire, histoires, culture ! Je me répète encore et encore : lisez-le !

Les corrupteurs, J.Zepeda Patterson, Actes Sud

(Mexique aujourd’hui) Pamela Dosantos, starlette, est retrouvée morte dans un terrain vague proche du bureau du ministre de l’Intéreur Salazar et c’est un sale hasard pour le ministre du fait qu’il était le dernier amant en titre de Pamela. Les corrupteurs est un thriller politique qui mêle gouvernement et hommes d’affaires corrompus et dépravés, cartels et narcotrafiquants, blanchiment d’argent sale… que du beau monde ! Récit lent dans un premier temps mais qui va devenir progressivement palpitant. Un bon moment !

samedi 18 juillet 2015

jeudi 16 juillet 2015

Enterrez vos morts, L.Penny, Actes Sud

Après Révélation brutale, le lecteur retrouve l’Inspecteur-chef Armand Gamache qui a bien des difficultés à se remettre physiquement et moralement de sa dernière enquête qui s’est soldée par la mort de certains de ses agents et surtout celle du jeune Morin dont il se sent responsable. Il passe sa convalescence chez son vieil ami et mentor Emile dans le Vieux-Québec et il est entraîné malgré lui dans l’enquête sur un assassinat dans la vieille bibliothèque anglaise. Il a envoyé également l’inspecteur Beauvoir à Three Pins pour revoir (rouvrir ?) l’enquête sur l’assassinat de l’Ermite (voir Révélation brutale). Trois affaires en un roman qui n’est pas vraiment un polar ni un thriller mais plutôt un roman d’atmosphère à la Louise Penny. Gamache est un personnage particulièrement attachant qui doit se replonger dans son passé pour pouvoir enterrer ses morts. « Il faut à la fois respecter le passé et pouvoir s’en détacher. ». J’ai vraiment beaucoup aimé.

Les loups à leur porte, J.Fel, Rivages

Delphine, libraire à Lunel, fera de ce premier roman un de ses coups de coeur de la Rentrée. Parce que nous avons décidé d'un partenariat elle et moi autour de la Rentrée, je devrais également le mettre en avant...
Cependant, contrairement à elle, je n'ai pas du tout aimé ce livre. De la violence, de la torture, des meurtres, des serial killers, des cauchemars, des croquemitaines à gogo ne font pas forcément une histoire. Les loups ne sont pas à notre porte, dormez tranquilles !
Un roman, deux libraires : deux avis bien différents... A vous de vous faire votre opinion !

samedi 11 juillet 2015

Les fiancés, D.Lévy-Bertherat, Rivages

René et Madeleine se rencontrent sur un banc d'une maison de retraite. Elle croit retrouver son premier amour, il va la laisser croire. Ils vont s'aimer pendant 3 semaines et replonger l'un et l'autre dans leurs souvenirs, les doux comme les douloureux. Une bien jolie histoire !

mardi 7 juillet 2015

La maladroite, A.Seurat, Le Rouergue

Un texte bref, bien construit, dans lequel on plonge immédiatement et dont l'issue fatale est donnée dès le départ. Mais, qu'est-il arrivé à cette petite Diana ? Et comment est-ce arrivé ? Nous le découvrirons à travers le récit de différents protagonistes.
Premier roman très réussi.
http://www.livreshebdo.fr/article/alexandre-seurat-la-maladroite-au-rouergue

Lisières du corps, M.Riboulet, Verdier

Mathieu Riboulet a l'excellente idée de sortir deux livres à la Rentrée. Le premier, Entre les deux il n'y a rien, déjà commenté et celui-ci.
Ici, 6 textes autour du corps, du corps de l'homme. Erotique ? Pornographique ? Sensuel. Minutieux. Juste. Que l'on soit homme ou femme, quand on aime les hommes et leur corps, on ne peut rester insensible. Personnellement, une fascination absolue pour Les acrobates.

N'appartenir, K.Miské, V.Hamy

« Mais qui t’es, toi ? » Fils d’une mère blanche, française, athée et d’un diplomate mauritanien musulman bien cuivré, le narrateur oscillera toute sa vie entre les deux cultures. « Qui est-il ? sinon un bâtard, un grain de sable dans l’engrenage identitaire. » Il refuse de choisir et n’appartiendra à aucune culture ni religion même si « on est fabriqué par le regard de l’autre ». Récit très bien écrit, interpellant et qui fait réfléchir sur son appartenance, sa destinée et ses choix de vie. N’appartenir ou S’appartenir ? J’ai beaucoup aimé !

Missing : New York, D.Winslow, Seuil

Hailey Hansen, cinq ans, fille de Cheryl, mère célibataire, disparaît de la pelouse où elle jouait avec « Magique » son cheval en plastique. La police de Lincoln, Nebraska, est prévenue très rapidement et tout est mis en place pour la recherche : hélico, chiens, agents en nombre… Les heures passent et la disparition devient de plus en plus inquiétante ! C’est la première enquête du sergent Franck Decker (chez Seuil) qui ira jusqu’à démissionner pour poursuivre l’enquête en solitaire et aboutir à N.Y où tout va basculer. Une première moitié très lente où rien n’est vraiment palpitant, la seconde moitié va titiller le lecteur et amènera enfin un peu de suspens. Polar pas vraiment original ni surprenant : on devine aisément la chute ; mais finalement plaisant. Un polar de vacances !

Pandemia, F.Thilliez, Fleuve

On plonge et on replonge dans la suite de Angor avec Franck Sharko, Lucie Henebelle et les autres… et on se retrouve en apnée. Difficile parfois de remonter à la surface pour respirer tant le suspens est oppressant. Le titre Pandemia indique déjà qu’il va s’agir de virus, de bactéries, de microbes… Difficile alors pour le lecteur de ne pas foncer dans la 1ère pharmacie pour acheter masques, gants et gel antibactériens tellement l’atmosphère est malsaine et étouffante. Personnages attachants et scénario implacable.

vendredi 3 juillet 2015

Entre les deux il n'y a rien, M.Riboulet, Verdier

Mathieu Riboulet, je l'ai découvert par hasard, après avoir vu passer plusieurs messages enthousiastes au sujet de Prendre dates. Et je me suis enthousiasmée !
Puis, je l'ai rencontré un peu par hasard, à Bruxelles, dans les escaliers de Passa Porta, à l'occasion de la présentation de la Rentrée littéraire. Je ne savais pas que c'était lui. Mais, quand j'ai compris, à la lecture par lui-même de ce nouveau texte, qu'il était en face de moi, je me suis faite toute petite ! Et encore plus petite, en lisant son livre. A chaque fin de chapitre, j'ai soufflé, essayé de retenir les derniers mots. Ouvert à peine le livre car j'avais le sentiment d'avoir quelque chose de précieux entre les mains.
Un livre qui donne envie de lire tous ses autres. Un livre comme une marque indélébile. Un livre qui me fait dire que je n'ai rien vu, rien vécu mais qui m'en a appris beaucoup.

jeudi 2 juillet 2015

Black-out, M.Elsberg, Piranha

Bien que je ne partage pas complètement l'enthousiasme de Fabien, je suis ravie d'avoir lu ce roman et je vous le conseille à mon tour. Que serion-nous, que ferions-nous sans l'électricité ??? Avec un tel récit, on se rend mieux compte de la dépendance absolue que nous avons vis-à-vis d'elle... Et c'est flippant !
Alors, je reprends une petite phrase du livre qui en dit long : "Il ne nous reste plus qu'à prier."

Amour, colère et folie, M.Vieux-Chauvet, Zulma


Espèce de trilogie regroupée en un volume et publiée en 1968 par Gallimard, puis retirée de la vente par peur de la fureur de François Duvalier (Papa Doc et ses tontons macoutes).
Amour. Claire, aristocrate, mulâtre à la peau foncée alors que ses deux sœurs ont la peau claire, supporte résignée son célibat. Elle est maîtresse et domestique à la fois de leur maison qu’elle gère comme elle peut. Mais Claire passera de la résignation à l’espoir d’être aimée puis sombrera dans l’aigreur et la désillusion.
Colère. C’est le destin malheureux d’une famille expropriée par le pouvoir. Certains se résigneront puisqu’on ne peut pas lutter contre la fatalité, d’autres céderont corps et biens à l’inévitable, et plutôt corps que biens et le dernier acceptera compromission et corruption : le pouvoir a toujours raison et la raison du pouvoir est toujours la meilleure.
Folie. C’est la confrérie des poètes fous, méconnus, mendiants, sous-alimentés, désarmés, livrés à la cruauté des « hommes en uniforme noir » et de Mr Potentat qui font régner la terreur à Port-au-Prince et dans l’île.
Fine analyse de la condition haïtienne au siècle dernier. Interpellant !

Victor et Macha, A.Kimhi, Gallimard

Victor et Macha sont deux ados ukrainiens, frère et sœur de 16 et 17 ans. Juifs, ils ont émigrés en Israël avec leurs parents. Devenus orphelins, suite à l’accident de voiture de leurs parents, ils passent de Kibboutz en internats jusqu’au jour où leur grand-mère paternelle décide à son tour d’émigrer en Israël pour les prendre en charge. Catherine, la grand-mère, vieillit et les deux ados ne sont pas faciles à gérer : Victor est inconscient et irresponsable et Macha est une rebelle. Ils devront néanmoins s’intégrer dans cette mosaïque de peuples et de cultures qui rejoignent l’Etat d’Israël. Nous sommes dans les années 70. La psychologie des personnages est très réaliste, le récit est plaisant mais pas vraiment captivant.