Les avis d'une libraire-lectrice

J'ai la prétention de dire que je lis, en moyenne, 4 romans par semaine. A travers ce blog, vous pourrez vérifier si je n'exagère pas car je vais y mettre tout ce que je lis : romans, albums jeunesse, BD,... Dévoré, apprécié ou vite abandonné, chaque livre fera l'objet d'un petit commentaire.

mardi 24 janvier 2017

Le corps de la langue, J.Bosc, Quidam

Poème érotique, sensuel, cru, autour de la langue, du corps, du corps de la langue et de la langue du corps. Où les vides et les pleins se mêlent et s'entremêlent. A lire. Assurément.

lundi 23 janvier 2017

Article 353 du Code pénal, T.Viel, Minuit

Martial Kermeur se retrouve dans le bureau d'un juge d'instruction, après la macabre découverte d'un corps tombé à l'eau. Il raconte, se raconte... C'est juste, tellement juste. Réaliste au possible. A lire. Et à lire jusqu'au bout.

Danser au bord de l'abîme, G.Delacourt, Lattès

Un page turner autour de la narratrice, tombée follement amoureuse d'un seul regard, ou plutôt au départ d'un simple geste. Après, des sentiments, de petites phrases bien senties pour en faire un roman efficace qui touche, bouleverse inévitablement. 

vendredi 20 janvier 2017

La cheffe, roman d'une cuisinière, M.Ndiaye

Elle était une cuisinière hors pair aux recettes repensées et aux saveurs retrouvées. C’est à travers le récit d’un de ses commis que nous faisons connaissance avec « La Cheffe », personne simple, humble, allant jusqu’à l’abnégation, ne sachant guère lire et écrire, mais dotée d’une créativité instinctive et ne vivant que par et pour sa cuisine. Le style est sinueux et travaillé, les phrases longues, complexes et savamment construites, le mot juste et riche et on se pourlèche les babines tant littéraires que culinaires. A savourer lentement !

Scène de crime virtuelle, P.May, Babel

Michaël Kapinsky reprend son travail de photographe à la police scientifique de Newport Beach. Il n’arrive pas à faire son deuil après la mort de son épouse Mora et il est criblé de dettes. Sa psy lui conseille de télécharger le logiciel « Second Live » pour participer à des échanges virtuels, ce que fait Michaël qui se choisit alors un « avatar ». Ça nous change de la « Trilogie écossaise » et des îles Hébrides. La surprise est de taille et m’a laissé perplexe en tombant dans ce genre de roman où l’on entre dans un monde parallèle et où l’on se choisit une existence virtuelle proche des jeux vidéo. Je me suis néanmoins laissé prendre au jeu … tant qu’à faire ! Original !!!

Une illusion d'optique, L.Penny, Actes Sud

Clara Morrow, la cinquantaine, connaît enfin la consécration en exposant ses œuvres, en solo, au Musée d’Art contemporain de Montréal. Le bonheur sera de courte durée car, le lendemain du vernissage et de la fête chez les Morrow, une femme est retrouvée morte, le cou tordu (et coup tordu pour l’artiste) dans leur jardin. L’inspecteur chef Armand Gamache et son équipe sont dépêchés à Three Pins, petit village et ses habitants que les policiers connaissent bien. Gamache et sa famille étaient d’ailleurs au vernissage de leur amie Clara. Avec Louise Penny, on retrouve le roman policier traditionnel, reposant, à la psychologie fine et à un inspecteur politiquement correct et policé. L’auteure canadienne en profite pour plonger le lecteur dans le domaine artistique : peintres, galeristes, marchands d’art, ainsi que dans le monde des alcooliques (anonymes). Encore une fois, un très bon moment de lecture.

Prendre les loups pour des chiens, H.Le Corre, Rivages

Coup de coeur du Mari de la libraire. En cela rien d'étonnant, après l'avoir lu également. Roman noir. C'est exactement cela. Franck sort de prison. La compagne de son frère vient le chercher... L'homme dans toute sa noirceur.