Les avis d'une libraire-lectrice

J'ai la prétention de dire que je lis, en moyenne, 4 romans par semaine. A travers ce blog, vous pourrez vérifier si je n'exagère pas car je vais y mettre tout ce que je lis : romans, albums jeunesse, BD,... Dévoré, apprécié ou vite abandonné, chaque livre fera l'objet d'un petit commentaire.

dimanche 25 septembre 2016

Dans l'attente de toi, A.Jenni, L'Iconoclaste


Alexis Jenni ne m’a pas parlé. Il m’a murmuré à l’oreille comme dans une galerie d’art, comme dans la pénombre d’un musée, comme dans le velours d’un théâtre. Tout contre , il m’a susurré le corps d’un femme aimée. Pour cela, il convie la peinture, les peintres, et leurs modèles et leurs regards et leurs gestes. Des premières empreintes de main, organe du toucher, au blanc de Picasso en ondulant le long de Bonnard, Fragonard, Bacon, … Alexis Jenni m’a raconté la culture. Non pas la culture générale des quizz mais la culture intime de la peau, des lignes de vie du tableau. À lire dans un lit, des pages éblouissantes d’intelligence et de sensualité qui réussissent l’alliage du verbe et de la chair. Et ce qu’il y a de merveilleux avec le livre, c’est qu’il vous le contera aussi à vous, rien qu’à vous … dans votre cou.

samedi 24 septembre 2016

Le rouge vif de la rhubarbe, A.A.Olafsdottir, Zulma

D'après le résumé, on va lire l'histoire d'une jeune fille, handicapée des jambes, qui veut faire l'ascension d'une Montagne, près de chez elle. J'ai attendu, lu et finalement... ben, pas grand chose. 

mardi 20 septembre 2016

Monsieur Origami, J.M.Ceci, Gallimard

Pourquoi a-t-il fallu que je ne dorme pas cette nuit ? Pour lire ce roman, assurément. Entre haïku et origami, un petit bijou d'écriture, à la fois reposant et profond. Une lecture à ne pas manquer !

Les muselés, A.Sainz de la Mara, Actes Sud

Après la lecture de Fabien, la mienne... tout aussi enthousiaste. Un roman que je n'aurais pas forcément édité chez Actes Noirs et qui aurait tout à fait eu sa place en littérature dite classique car, s'il y a bien des meurtres et l'enquête qui va avec, il y a surtout un contexte dur, effrayant, celui de la crise économique en Espagne. Et la vraie tueuse, c'est elle !
A me plonger prochainement dans son premier livre : Le bourreau de Gaudi

La fille dans le brouillard, D.Carrisi, Calmant-Lévy

Dans un petit village paisible des Alpes, une adolescente de 16 ans disparaît dans le brouillard. Fugue ? Enlèvement ? Le très médiatique commandant Vogel s’empare de l’affaire ! Polar qui n’a rien à voir avec Le chuchoteur puisque Carrisi choisit de s’éloigner du schéma classique pour un roman tout aussi palpitant mais plus moralisateur : le pouvoir des médias, l’engouement de la population pour une affaire, le criminel qui importe plus que la victime ! Un scénario inhabituel qui perturbe quelque peu ses lecteurs mais qui l’oblige à réfléchir sur les manipulations des uns et des autres et à son propre comportement. Les apparences sont souvent trompeuses et « le pire défaut du diable est sa vanité ». Surprenant !


lundi 12 septembre 2016

Les bottes suédoises, H.Mankell, Seuil

S'il est certain que j'ai préféré Les chaussures italiennes aux Bottes suédoises et que, plus d'une fois pendant la lecture de ce roman, je me suis demandé si l'auteur en était véritablement Henning Mankell, en fin de compte, j'ai plutôt apprécié cette suite. Un simple et bon moment !

Les muselés, A.Sainz de la Maza, Actes Sud

En toile de fond, la crise économique espagnole. Sur cette trame, se développe un vraie, une putain de vraie enquête policière agathachristinesque. L’enquête se déroule, fluide comme un ruban de soie et c’est la crise dans laquelle les personnages sont plongés qui se charge d’y semer des accros. Depuis longtemps déjà, je m’interroge sur la psychologie des crises successives dans lesquelles nous sommes involontairement plongés. Ce roman policier fait partie et de mon information et de mon antidote.