Les avis d'une libraire-lectrice

J'ai la prétention de dire que je lis, en moyenne, 4 romans par semaine. A travers ce blog, vous pourrez vérifier si je n'exagère pas car je vais y mettre tout ce que je lis : romans, albums jeunesse, BD,... Dévoré, apprécié ou vite abandonné, chaque livre fera l'objet d'un petit commentaire.

mardi 31 mars 2015

Mais qui a voulu tuer Charlie ?, P.Vassort, Le Bord de l'eau

Je ne voulais pas forcément lire ou tenter de comprendre... Mais, Patrick Vassort, j'aime bien ce qu'il écrit. Alors, de cette lecture, faisant fi du religieux pur, j'en ai compris des éléments liés à la barbarie, aux leçons qu'on ne tire jamais car on ne revient jamais sur les causes ! Il y cite Annah Arendt, Primo Levi, Jean-Pierre Le Goff,... et un nouveau venu pour moi : Michel Henry qui donne une très juste définition de la culture. Bonne lecture !

L'ours est un écrivain comme les autres, W.Kotzwinkle, Cambourakis

Arthur Bramhall, prof de littérature dépressif, voit son roman partir en flamme dans l’incendie de son chalet. Il le réécrit mais se le fait voler par un ours qui s’empresse de le déposer chez un agent littéraire. Et le roman devient un best-seller et l’ours un écrivain réputé. Quand l’ours devient homme et l’homme un ours ! Une parabole animalière, une fable pas vraiment hilarante mais une satire des milieux littéraires qui fait sourire avec ses situations absurdes et surréalistes. « Très drôle et sans doute vrai » dit Terry Pratchett ! Il y a de très bonnes réparties et de l’humour au 2ème degré. Franchement délassant ! L’écrivain dit : « Les femmes de la campagne sont des femmes à fourrure : elles ne se rasent ni les jambes ni les aisselles et sentent l’essence de leur tracteur. » ; quant à l’ours : « les femelles humaines ne savent tout bonnement pas émoustiller les ours ; elles se rasent les jambes. » ! Mais tout peut changer quand l’animal commence à apprécier les peaux lisses et l’homme les femmes à poils !

Aux portes de l'éternité, Le siècle T3, K.Follett, R.Laffont

Avec ce 3ème tome, Follet (et son équipe) retrace quelques événements de 1961 à 1989 : la ségrégation raciale aux USA, la crise cubaine, Martin Luther King, l’assassinat de Kennedy, la guerre froide, le mur de Berlin et le rideau de fer, la pérestroïka… mais le choix reste discutable : le Vietnam à peine abordé, Apollo 11, Woodstock, Mai 68… oubliés, gommés. Ce n’est pas vraiment une rétrospective mais un roman qui aborde quelques réalités historiques à travers des histoires familiales et sentimentales essentiellement russes, américaines et est-allemandes ! ( Et le reste du monde ?) Je reste donc sur ma faim, un peu déçu quelque part.

Les nuits de Reykjavik, A.Indridason, Métailié

Avec ce 13ème roman traduit en français, Indridason a choisi de nous raconter la première enquête d’Erlendur, son personnage fétiche. Erlendur est patrouilleur de nuit dans la police qu’il vient d’intégrer. En plus de régler les problèmes de circulation, les vols, les alcooliques, les clodos, les violences domestiques, les tapages nocturnes… il se lance dans une enquête privée concernant la mort par noyade d’Hannibal, un clodo qu’il a rencontré plusieurs fois. Il ne croit pas à l’accident et va tenter, avec obstination, de prouver qu’Hannibal a été poussé volontairement dans une tourbière pour le faire taire car il aurait vu des choses ! Polar traditionnel où l’on ne parle pas d’ADN, de police scientifique, de GSM et qui fera plaisir aux inconditionnels d’Indridason. Rien de très original mais très agréable à lire.

Une plage au pôle Nord, A.Dudek, Alma


(déjà commenté par Géraldine !)
Françoise, septuagénaire, trouve, par le plus pur hasard, l’appareil photo d’un certain Jean-Claude, jeune père divorcé. Elle parvient à le contacter et, entre eux, se noue une certaine forme d’amitié. Roman banal et simple, mais le style et l’écriture sont originaux avec des phrases courtes et un rythme saccadé mêlés d’une émotion et de sentiments bien dosés. J’ai beaucoup aimé et passé un très agréablement moment.

lundi 23 mars 2015

samedi 21 mars 2015

Maurice et Mahmoud, F.Jensen, Gaïa

Fleming Jensen aime faire rire et il le fait très bien. Des petits "poufs de rire" à de francs fous rires, je me suis bien marrée avec ce roman, en huis-clos dans l'appart de Mahmoud. Des quiproquos, de l'absurde, de la religion, de l'amour, de la haine,... Très bon moment !

vendredi 20 mars 2015

La tyrannie des modes de vie, M.Hunyadi, Le Bord de l'Eau

110 pages d'une simplicité à couper le souffle pour nous expliquer comment fonctionne notre monde, pourquoi nous en sommes arrivés là et, éventuellement, comment en sortir.

lundi 16 mars 2015

Joyeux bordel, A.Boyd et D.O.Mitchell, Les Liens qui Libèrent

Qui n'a pas un jour rêver de faire la révolution ??? Et de la faire dans la joie et la bonne humeur ??? Ce guide vous/nous aidera à sauter le pas. On y va ?

jeudi 12 mars 2015

Ici ça va, T.Vinau, 10/18

Un couple. Dans une maison. Au calme. Près d'une rivière. Avec des ragondins. L'histoire d'une reconstruction. Coup de coeur !

mercredi 11 mars 2015

Six fourmis blanches, S.Collette, Denoël

Un récit à deux voix. Lou, partie en expédition avec d'autres pour un périple en montagne hors du commun. Mathias, sacrificateur de chèvres. Quel sera le point de rencontre entre eux ? C'est un roman noir. On craint donc le pire...

samedi 7 mars 2015

Débarquement, R.Ala-Harja, Gaïa

Une femme qui se sépare de son mari en même temps qu'elle se bat aux côtés de sa fille malade. Le tout sur fond de Débarquement. Pas forcément tentant, mais pourquoi pas. Sauf que je n'ai ressenti aucune empathie pour elle, malgré une lecture rapide et fluide.

jeudi 5 mars 2015

La soudure, A.Guyard, Le Dilettante

Une histoire d'amour, de la jalousie, des Gitans, des vols de voitures, de la soudure, de la littérature, de la philosophie, de l'humour, une manière d'enrichir mon vocabulaire,... Un roman à part, dont je me suis régalée.

mardi 3 mars 2015

Aphorismes dans les herbes et autres propos de la nuit, S.Tesson, Pocket

Le résumé dit : "L'écrivain-voyageur livre les aphorismes que lui inspire la contemplation du monde et des hommes."
Donc, du beau et du laid... Une centaine d'inédits dans ce recueil.

Le ferme, T.R.Smith, Belfond

Smith nous avait habitués à des récits qui se passaient en Russie stalinienne et post stalinienne (voir Enfant 44,  Kolyma et Agent 6). Avec La ferme, nous nous retrouvons à Londres et en Suède pour un suspens psychologique. S’agit-il de complot, de conspiration, de paranoïa ou simplement de la vérité. Les apparences sont parfois trompeuses et le doute s’installe tout au long de ce récit inspiré par un épisode traumatisant vécu par l’auteur. Très agréable à lire !

dimanche 1 mars 2015

Retour à Little Wing, N.Butler, Autrement

4 amis ; leur femme (quand ils en ont), surtout une ; 1 ville, toute petite, dans le fin fond de l'Amérique profonde à laquelle ils tiennent tous. De l'amour, de l'amitié. La vie, la vraie. Un bon roman !

L'effet papillon, J.Adler-Olsen, Albin Michel

… et le 5ème de la série du Département V avec le trio atypique de l’inspecteur Carl Mørk, d’Hassad le Syrien et de Rose la punk qui ont l’art de déterrer des « cold case » liés aux corruptions politiques et financières. Le battement d’un cil d’un jeune Gitan peut-il déclencher une tornade sur Copenhague ? (= l’effet papillon) Si j’ai beaucoup apprécié les 4 premiers, ce 5ème me paraît magistral mais je ne veux rien dévoiler de l’enquête. A découvrir et à savourer. Coup de cœur de polar/thriller.

Le palais des ombres, M.Fermine, M.Lafon

Paris, années 60. Nathan Thanner, trentenaire, marionnettiste, apprend qu’il hérite du « Palais des ombres » de son père Hugo qu’il n’a plus vu depuis 28 ans. Cet héritage comporte deux clauses dont celle de retrouver le dernier manuscrit de son père dans la vieille demeure diabolique chargée de mystères et de fantômes. Après Neige et L’apiculteur que mon fils m’avait fait découvrir, après Les noces de sel que j’avais beaucoup aimé, ce dernier roman de Fermine empreint de fantastique, un peu à la Ruiz Zafón, dans un style très agréable et une écriture soignée m’a procuré un excellent moment de lecture ! Encore une fois, bonheur !

Danser les ombres, L.Gaudé, Actes Sud

Lucine a quitté Jacmel pour Port-au-Prince afin d’annoncer le décès de sa sœur Nine. Elle y retrouve ses marques, ses souvenirs… et elle sait qu’elle ne retournera pas à Jacmel. Sa rencontre avec Saul et les rires de la maison de Fossou lui redonnent l’espoir d’une vie meilleure, une nouvelle vie qui va vers le bonheur, enfin ! Mais c’est sans compter avec la nature et ses catastrophes et tous ses espoirs tremblent comme le sol sous ses pieds. Il y a beaucoup de moments forts, très forts, pleins d’émotions que l’on contient à peine, des sentiments profonds, de la vraie vie même dans les tragédies de la réalité, qui créent la solidarité, la fraternité et qui brisent les cœurs les plus durs. Et puis, il y a la sarabande finale mystique avec du vaudou dans l’air. L’écriture est hallucinante, poétique, lyrique et on savoure chaque mot, chaque phrase. Bonheur !