Les avis d'une libraire-lectrice

J'ai la prétention de dire que je lis, en moyenne, 4 romans par semaine. A travers ce blog, vous pourrez vérifier si je n'exagère pas car je vais y mettre tout ce que je lis : romans, albums jeunesse, BD,... Dévoré, apprécié ou vite abandonné, chaque livre fera l'objet d'un petit commentaire.

jeudi 28 octobre 2010

La symphonie du temps qui passe, M.Signorini, Presses de la Cité


Léo l'a lu et l'a aimé. Une cliente également. Il était temps que je m'y mette. Malheureusement, la magie n'a pas fonctionné avec moi. Je dois être vraiment trop terre à terre...

mercredi 27 octobre 2010

Drôle de disparition, C.Lafaye-Latteux et E.Thuillier, MiC_MaC


Le Petit Chaperon Rouge est, comme d'habitude, envoyée par sa maman chez sa Mère-grand. Mais, le soir, elle n'est pas rentrée. Sa mère part donc à sa recherche et l'histoire traditionnelle se transforme pour une belle tranche de rigolade.

Le maître des estampes, Dedieu, Seuil J


Mais comment fait-il ? Dedieu a encore frappé et, comme toujours, il a frappé fort. Changement de registre (cette fois, l'estampe japonaise) et nouvelle réussite. Cet album (pas facile pour les plus petits) est magnifique.

mardi 26 octobre 2010

Chroniques de l'asphalte T3/5, S.Benchetrit, Grasset


J'avais lu les premières chroniques de l'asphalte, pas le tome 2. J'ai retrouvé avec grand plaisir le volume 3 des aventures de Samuel Benchetrit dans la banlieue de son adolescence. Essentiellement axées sur l'amour, ces nouvelles sont drôles, tendres et sans chichis. Un bon moment.

jeudi 21 octobre 2010

Le grand voyage de Mademoiselle Prudence, C.Gastaut, Père Castor


Mademoiselle Prudence, c'est un peu mon Apolline à qui il faut répéter cent fois de s'habiller sinon elle va être en retard... Mais, quand on voit comment elle voyage (dans sa tête), doit-on vraiment la secouer ?! Découpe à chaque page pour plonger avec Prudence dans la suivante. Album onirique et très esthétique.

10 p'tits pingouins, Fromental et Jolivet, Hélium


Album pop-up pour apprendre à compter ou plutôt à décompter, dans lequel un pingouin disparaît en rimes à chaque page. Vraiment sympa !

Grand Loup et Petit Loup, Une si belle orange, N.Brun-Cosme et O.Tallec, Père Castor


"quand même un petit peu triste" dixit mon Hippolyte, cet album sublimement illustré nous raconte une très belle histoire d'amitié et de bonheur entre Petit Loup et Grand Loup.

Le Grand Show des petites choses, G.Legrand, Sarbacane


La tête d'une brosse transformée en voiture, un tire-bouchon qui devient personnage ou un cintre-cheval, ainsi défilent de page en page toutes sortes d'objets détournés pour le plaisir des petits et des grands. Un Grand Show !

mercredi 20 octobre 2010

Daddy's girl, M.Orford, Payot suspense


Pays considéré comme le plus violent au monde, l'Afrique du Sud est (malheureusement) une mine d'or pour les romans policiers. Après un terrible Roses de sang, M.Orford revient avec les mêmes personnages pour une nouvelle enquête et de nouveaux drames. Cette fois, l'histoire tourne autour de la disparition de la fille du policier Riedwaan. Roman moins violent que le précédent, il n'en est pas pour autant moins intéressant car centré sur les gangs qui sévissent à travers le pays.

mercredi 13 octobre 2010

Mémoires gelées, C.Ceder, Lattès


Surfant (encore !?) sur la vague Millénium, les éditeurs français recherchent tous leur Stieg Larsson mais n'est pas auteur de roman policier suédois qui veut. Et dans ce cas-ci, c'est largement raté. Une petite intrigue, aucun suspense, de l'ennui et un abandon assuré.

samedi 9 octobre 2010

En moins bien, A.Le Guilcher, S.Million


Alors que j'ai piétiné deux semaines dans Rosa candida, il ne m'aura pas fallu une journée pour lire celui-ci. J'avais envie d'un livre qui me fasse rire, pari tenu. Avec un vocabulaire fleuri et des expressions pas piquées des hannetons, j'ai passé un excellent moment avec des personnages hauts en couleurs et très attendrissants malgré les apparences.
Drôle mais pas seulement...

vendredi 8 octobre 2010

Rosa candida, A.A.Olafsdottir, Zulma


Lent et contemplatif, il m'aura fallu beaucoup de temps pour me plaire dans ce roman. Mais, au bout du compte, je ne regrette pas le voyage. Un jeune homme, devenu papa par accident, s'en va au fin fonds de nulle part pour remettre en état un jardin exceptionnel. Un hymne à la vie, à l'amour et à la lenteur (ce qui me manque très certainement).

La carte et le territoire, M.Houellebecq, Flammarion


Ça démarre avec une panne de chauffage (original !!! Qui n'a pas connu cette situation ?) et puis c'est la « bio » du personnage principal, Jed Martin, artiste photographe puis artiste peintre. Beaucoup de sujets sont abordés à travers la vie de J.Martin : la vie de famille, les rapports père-fils, la vie affective, le monde artistique, les journalistes et critiques, les people (tels Frédéric Beigbeder et Jean-Pierre Pernaut), les galeristes... Est-ce une forme d'auto-dérision qui pousse Houellebecq à mettre le personnage de Houellebecq, lui-même, en avant ? Les regards des uns et des autres aussi réalistes que négatifs sur notre monde moderne sont écrits dans un style (irréprochable) à la Robbe-Grillet : des descriptions méticuleuses sur les sujets et les objets. On ne pourra pas échapper au mode d'emploi de l'appareil photo, ni à l'oligospermie et à la diropilariose du bichon.
Ni extase, ni ennui, juste un roman bien écrit, classique et moderne à la fois, qu'il m'a fallu du temps à terminer.